dimanche 25 août 2013

.

Je respirais un peu mieux depuis deux jours et puis en fait, non. aujourd'hui, est, parait-il un jour particulier de vortex d'énergie positive, l'aube d'un changement un peu cosmique depuis la "fin du monde" de décembre.

Du coup, je m'y suis préparée et il a suffit d'une phrase du Velu pour que toute la tristesse de la situation remonte à vive allure, me fasse tomber et que les larmes recoulent alors qu'elles s'étaient calmées depuis deux jours.

A chaque fois que je sens ma force revenir et ma confiance se regonfler, je me rend compte qu'il suffit de bien peu pour être à nouveau frissonnante et gelée.

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire d'une de mes soeurs qui vient de rencontrer "l'homme de sa vie" je lui souhaite juste que sa route continue d'être semée de gens chouettes... mais je ne me sens guère la force de l'appeler. pas envie que mes douleurs rénales et les trémolos dans ma voix influencent son humeur forcément bonne en cette journée de naissance.

Je me sens incapable de coudre depuis une semaine, je tourne en rond dès que je suis dans l'appartelier, je regarde toutes les choses comme des poids qu'il va falloir, une fois de plus déménager et ça me fatigue à l'avance.

Je me demande encore ce qu'il faudrait que je mette à la rue, parce que dans le lot d'objets que je me trimballe depuis des lustres et qui ne me servent à rien.. encore des choses que j'ai emménagées ici il y a quinze mois et dont je ne me suis jamais servie. Il serait temps de faire un grand tri, mais pour l'instant, je vais juste me plonger sous les couvertures et attendre que le temps passe plongée dans un des livre que je parcours en ce moment.

Heureusement que j'ai commencé à mi temps ce nouveau travail parfait (si si) qui me permet de tenir un peu la tête hors de l'eau et de sortir de chez moi sans trop angoisser.

J'ai dit au Velu tout à l'heure que j'ai vraiment l'impression qu'il s'en fiche que l'on se sépare, que ça n'a pas l'air de lui faire quoi que ce soit et que j'ai vraiment l'impression qu'il vit sa vie juste avec le paramètre "j'ai une chérie" en moins. En fait, il a pleuré. Et je me suis dit que peut-être, finalement, ça lui fait un peu de tristesse aussi mais qu'il est juste trop "?faible?" pour réagir. Car c'est tout ce que j'attendais moi, une déclaration, un combat, un acharnement, un homme qui me prouve qu'il m'aime et pas qqn qui fuit, part faire des soirées dehors, skater avec toutes ses potes filles (qu'il a depuis peu), picoler toute la semaine et juste me laisser à mes doutes. Je me rends compte qu'il est (ou qu'il joue bien) lui aussi mal et ça me surprend. Mais encore une fois, dès que je le confronte à la discussion, il part faire du skate et me laisse sans réponses.

Je crois que je ne sais définitivement pas comprendre les mécanismes d'action des autres. Et je ne sais jamais vraiment ce que je veux non plus. C'est un bien triste constat et je me retrouve, une fois de plus, avec les sentiments en miette et la sensation que pour "eux" je ne vaux même pas la peine qu'on se batte.

10 commentaires:

  1. Bien sur que tu vaux la peine qu'on se batte. Ce que tu traverses est très difficile mais tu affrontes les choses. Tu ne te laisses pas uniquement affecter par elles. Des nouveaux Départs, des climax, ça fait une vie. Pense à toi et à tes besoins. Le reste et les autres ne sont que détail en ce moment.

    RépondreSupprimer
  2. je suis d'accord avec le commentaire en haut, tu en vaux la peine, j'aime pas te savoir dans cette état, si jamais t'as besoin de parler hésite surtout pas à venir me voir ^^ on t'aime fort nous <3

    RépondreSupprimer
  3. Pareil ici tu le sait...
    Amélie car je peu toujours pas mètre mon nom en bas

    RépondreSupprimer
  4. De l'autre côté de l'Atlantique, je te sers dans mes bras.

    RépondreSupprimer
  5. Je t'envoie toutes mes ondes positives pour cette épreuve! Courage!! :-(

    RépondreSupprimer

Laissez votre trace de sang...